Suite au vandalisme au verger, nous avons demandé à la ville de Grenoble une expertise de la mare pour vérifier si elle pouvait toujours accueillir la biodiversité. La ville a fait appel à Olivier, chargé de mission mare à la LPO (ligue protectrice des oiseaux) pour nous conseiller sur le sujet.

"Pour ce qui est de l’atteinte portée à la mare, il est recommandé de renouveler l’eau de la mare par réapprovisionnement en eau par la nappe. Cette opération est inhérente à la remise en état du bouton d’arrêt d’urgence pour remettre en marche la pompe."

Donc, dès que l'électricité est rétabli, en parallèle, on videra la mare via un tuyau avec le principe des vases communiquants et on la remplira au tuyau via la pompe relié à la nappe phréatique.

Voila quelques autres conseils de la LPO :

"En matière de fonctionnement général de la mare :
-          Profil : la mare a été réalisée par création de 3 paliers recouverts d’une bâche imperméable et végétaliser par quelques plants d’espèces hélophytes (jonc, rubanier) et hydrophytes ( ?).
Il n’y a pas eu d’apports de substrat dans la mare, excepté pour fixer la végétation et par quelques dépôts naturels
-          La mare possède un dévidoir (calade) en partie Est pour évacuer le trop plein d’eau pour la réorienter vers un bassin de rétention.
Un remplissage de la mare peut être induit par puisage d’eau dans la nappe grâce à une pompe électrique.
-          La mare est actuellement encore peu végétalisée mais des observations naturalistes ont pu être faites par le collectif (odonates, dytiques, grenouilles).
La LPO identifie cette mare comme un site intéressant pour les odonates (sous réserve de plus de végétation support (verticale)) ainsi que pour les grenouilles et crapauds, peu pour les salamandres.
-          Aménager un coin de la mare en pente douce pour l’accueil éventuel de salamandre.
-          Installer une mégaphorbiaie et renforcer la présence la végétation sur la partie Ouest de la mare, qui sera à faucher une fois par an en hiver pour limiter apparition de ligneux"

Cela nous conforte dans notre idée de départ de créer (coté butte) une zone sauvage aquatique pour servir de gîte et refuge à la biodiversité. Cela se fera (comme prévu) au printemps avec des plantes prélevées dans la mare de la Poterne (Les odonates sont l'ordre qui regroupe les libellules et les demoiselles).
Il faut que l'on réfléchissent à installer une mégaphorbiaie (végétation dense et haute pour favoriser la biodiversité) sur les rives de la mare et surtout (c'est l'innovation du jour) penser à aménager une portion de la rive de la mare pour un accueil potentiel de salamandres)

Et cerise sur le gâteau :
"Il est également convenu que cette mare serait intégrée par la LPO dans les suivis naturalistes à réaliser dans le cadre du partenariat avec la Ville et qu’à ce titre, elle pourra faire l’objet de préconisations de gestion."

De notre coté, nous allons regarder comment labelliser le verger en refuge LPO

Et voila, il suffit de se retrousser les manches et crier YAHOUUUUUUU